Site icon Promote Ukraine

Rasa Juknevičienė: Qu’est-ce qui en fait menace l’Ukraine? La guerre ou bien une toute autre maneuvre?

Qu’est-ce que l’augmentation des troupes russes au frontière ukrainienne? À quoi ressemblera la guerre si elle se produit? Que se cache-t-il derrière la crise frontalière polonaise et comment l’Occident se prépare-t-il à aider l’Ukraine? L’UE peut-elle soutenir l’Ukraine face à une escalade de la crise énergétique? Le magazine “Brussels Ukraїna Review” a posé ces questions très difficiles aux députés européens, aux politiciens d’Ukraine et de Biélorussie, ainsi qu’aux experts de pays occidentaux et ukrainiens.

Rasa Juknevičienė, député EUROPÉENNE de Lituanie (Groupe du Parti Populaire Européen), vice-président de la sous-commission sur la sécurité et la défense du Parlement Européen, Ministre de la Défense de Lituanie 2008-2012

Je prends cette situation très au sérieux. Bien sûr, personne ne sait ce qu’en pense Poutine. Mais j’ai du mal à croire qu’il puisse recourir à de telles absurdités et déclencher une autre guerre à grande échelle en Ukraine.

D’une part, nous ne savons pas à quoi vont aboutir les tensions actuelles, mais d’autre part, nous savons avec certitude que la Russie a déjà utilisé les concentrations de troupes dans le passé comme instrument de pression sur l’Ukraine et l’Europe. Il est très probable que la Russie essaiera à nouveau d’utiliser la présence militaire accrue et la peur comme principaux atouts pour faire avancer ses propres intérêts géopolitiques et économiques.

A en croire les chaînes de désinformation russes, le principal objectif du Kremlin est d’empêcher l’Ukraine de recevoir une invitation à rejoindre l’OTAN. C’est leur plus grande peur. Poutine, avec une persistance paranoïaque, essaie de ramener l’Ukraine dans l’orbite de la Russie, car il comprend que l’empire du Kremlin est impossible sans l’Ukraine. Mais l’idée que les Ukrainiens puissent être “ramenés” par la force sous la domination russe est l’énorme erreur de Poutine.

Constatant la puissante orientation pro-occidentale de l’Ukraine, Poutine estime qu’il a besoin de plus de poids pour nous empêcher de considérer même l’intégration euro-atlantique de l’Ukraine comme une réelle opportunité. C’est maintenant le bon moment pour créer un tel levier supplémentaire: le monde est saisi d’incertitudes liées à la pandémie de covid, à la hausse des prix, à l’inflation élevée, à l’instabilité économique, etc. Les actions de la Russie visent à accroître activement les tensions existantes, à enraciner un sentiment de peur et d’insécurité. Ce n’est pas seulement l’accumulation de puissance militaire qui est utilisée. Aujourd’hui, nous avons entendu dans les journaux le nombre croissant de tirs d’artillerie sur la ligne de front dans le Donbass. Au cours des derniers mois, nous avons connu des attaques hybrides de Loukachenko à la frontière avec la Lituanie et la Pologne.

Toutes ces actions visent à accroître la pression sur l’UE, l’OTAN et l’Ukraine. Et nous devons les prendre au sérieux. En tant qu’UE, nous devons maintenir une position unie et ne pas subir de chantage. Nous devons agir activement et en avance et renforcer la coopération avec nos partenaires en Ukraine. L’une des choses concrètes que nous pouvons faire est de “faire nos devoirs” et d’être prêts à fournir des outils de soutien tangibles lors du sommet du partenariat oriental, qui se tiendra en décembre de cette année.

Je ne peux pas parler au nom de l’ensemble de l’UE ou de l’OTAN, mais le Parlement européen a exprimé une position très claire sur l’agression et l’intervention russes. Nous ne nous faisons aucune illusion sur les intentions du régime Poutine. Cette conclusion peut également être tirée du dernier rapport sur l’orientation des relations politiques entre l’UE et la Russie, qui, en septembre de cette année, a reçu un large soutien de tous les groupes politiques.

L’UE a également pris des mesures préventives, en durcissant les sanctions contre les membres de l’élite russe liée au Kremlin et en offrant un soutien plus profond à l’opposition démocratique russe. La récente décision d’attribuer à Alexei Navalny le prix Andrei Sakharov pour la liberté d’esprit souligne cette position.

En dehors des mesures concrètes que l’UE a déjà prises pour contenir les actions agressives de la Russie, l’Union européenne continue de soutenir l’Ukraine en termes d’assistance pour élargir les opportunités, renforcer la coopération économique, apprendre des expériences des uns et des autres pour contrer la désinformation russe, et plus encore.

Un soutien encore plus fort est fourni par les gouvernements des différents pays. L’un des exemples les plus significatifs est l’Accord de partenariat stratégique entre les États-Unis et l’Ukraine, signé en septembre de cette année. Il s’agit d’un accord majeur couvrant un large soutien dans tous les secteurs clés, de la sécurité et de la défense à la démocratie et à la réforme des droits de l’homme ou au aux réformes du développement économique. Le soutien de certains pays se fait également sentir au sein de l’Union européenne. Par exemple, la Lituanie a toujours soutenu l’intégration euro-atlantique de l’Ukraine et a déjà fourni une assistance militaire et institutionnelle pour mettre en œuvre les réformes nécessaires.

Enfin, la semaine dernière, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le secrétaire général de l’OTAN Jan Stoltenberg se sont rencontrés lors d’une visite conjointe en Lituanie. Il s’agit de la première réunion de ce type dans l’histoire. Le choix de la Lituanie pour accueillir cette réunion est en soi un signal tangible, qui indique que tant l’UE que l’OTAN prennent la situation dans la région très au sérieux. Dans le même temps, la réunion conjointe en Lituanie a démontré que l’UE et l’OTAN agissent comme un seul front puissant à la lumière des défis de sécurité posés par la Russie. Le secrétaire général de l’OTAN a commenté la situation à la frontière russo-ukrainienne, soulignant le soutien de l’alliance à l’Ukraine.

Si vous regardez le Parlement européen, une position claire a déjà été formulée. En témoigne le soutien massif au rapport sur l’orientation des relations politiques entre l’UE et la Russie. Boris Johnson a présenté sa position au bon moment, appelant clairement à une action qui peut être développée davantage dans le cadre de la coopération existante entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

L’annexion de la Crimée et le déclenchement de la guerre dans le Donbass sont des violations fondamentales du droit international. Si nous regardons la réaction de l’UE, il est très important que nous n’abandonnions pas. Nous devons poursuivre une politique de non-reconnaissance de l’annexion vis-à-vis de la Crimée, quelle que soit sa durée.

L’une des leçons que nous avons tirées de l’agression russe en Crimée et dans le Donbass est qu’il est impossible de négocier avec les autocrates. La seule langue qu’ils comprennent est la langue de la force. L’Europe ne doit pas se faire l’illusion qu’un nouveau cycle de négociations améliorera la situation.

Au lieu de cela, nous devons penser plus géopolitiquement dans tous les sens du terme. Il est grand temps que l’UE assume sa responsabilité géopolitique et fasse preuve de leadership dans le partenariat oriental. S’il est impératif de continuer à fournir le soutien existant et de s’appuyer sur les plateformes de coopération existantes, un véritable leadership de l’UE dans la région est impossible sans un appel fort et clair à l’intégration. C’est la seule action significative que nous pourrions ajouter à la boîte à outils de l’UE.

Je comprends que la pleine intégration euro-atlantique de l’Ukraine puisse encore prendre un certain temps, mais nous ne devrions pas avoir peur. L’Occident a eu peur dans le passé et Poutine en a profité. Il utilise des tactiques d’intimidation, sachant que la peur est une arme puissante.

Nous devons être courageux et offrir à l’Ukraine une voie claire vers l’intégration européenne. L’intégration européenne de l’Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie, le soi-disant “Trio associé” est le seul moyen de garantir le développement démocratique, la prospérité et la stabilité à long terme dans ces pays. Il n’y a pas d’autre alternative viable aux bénéfices que peut apporter l’intégration européenne. En outre, le succès de ces pays sur la voie de l’intégration européenne est quelque chose qui peut également avoir un impact positif sur la volonté du peuple russe de tourner son pays vers un développement plus ouvert et démocratique.

Aujourd’hui, de plus en plus souvent, on peut entendre des discussions sur les mécanismes vraiment nouveaux d’intégration progressive, comme la soi-disant “formule Prodi”: “tout sauf les institutions”. C’est ce que nous devons défendre maintenant, et pas seulement pour le bien de l’Ukraine, mais pour notre propre sécurité. Moins nous laissons de place aux effets néfastes des dictatures le long de nos frontières, plus nous serons en sécurité au sein de l’UE.[1]

À l’heure actuelle, tous les membres de l’UE ne sont pas pleinement conscients des incertitudes énergétiques découlant de notre dépendance à l’égard de la Russie. Le Nord Stream-2 en est un excellent exemple. Mais la pipeline n’a pas encore été certifiée, ce qui signifie que nous avons encore le choix. L’UE dispose de quelques outils: tous les États membres sont tenus de s’assurer que leurs projets énergétiques sont en totale conformité avec la législation européenne. Ceci s’applique également au Nord Stream-2. Actuellement, la certification de ce gazoduc auprès des autorités allemandes a été suspendue, mais même lorsqu’elle sera achevée, elle devra être vérifiée par la Commission européenne. En outre, La Commission européenne pourrait également lancer une enquête sur les actions de Gazprom visant à manipuler le marché énergétique de l’UE; Les députés ont déjà demandé à la Commission européenne une telle enquête.

Pour que des mesures efficaces soient prises, nous devons être bien conscients que le lancement de Nord Stream-2 ne contribuera pas à notre sécurité énergétique. Au contraire: une dépendance accrue nous exposera à de nouvelles tentatives de chantage sale de la part de la Russie. La manipulation actuelle des prix, qui a conduit à une forte hausse des prix de l’énergie dans toute l’Europe, l’illustre bien. Pour beaucoup, cela a été un signal d’alarme: nos alliés commencent à se rendre compte que la Russie n’est pas un partenaire fiable pour répondre à nos besoins énergétiques.

Dans ce contexte, des déclarations comme celles de Boris Johnson sont à saluer. Il a raison: nous ne pouvons pas avoir les deux – et un soutien significatif pour la stabilité et la démocratie chez nos voisins, et faire des affaires “comme toujours” avec la Russie, en particulier dans des secteurs critiques tels que l’approvisionnement énergétique.

Cette thèse s’applique à la fois à l’Europe et à l’Ukraine. L’Ukraine doit diversifier ses approvisionnements énergétiques et réduire autant que possible sa dépendance vis-à-vis du transit du gaz russe. La dépendance vis-à-vis de la Russie est un point faible qu’aucun de nous ne peut se permettre, surtout à la lumière des tentatives croissantes de nous menacer en recourant à des attaques hybrides, en augmentant la présence militaire, en s’ingérant dans les processus politiques, etc.

Mon plus grand espoir est que la crise énergétique soit un “signal d’alarme” pour l’ensemble de l’Europe, l’incitant à affirmer sa responsabilité géopolitique et son leadership.

[1] https://elpnariai.lt/en/eap-beyond-westlessness/

Quitter la version mobile