CommentairesOriginalRevue Brussels UkraïnaSociété

Andreas Umland, Iaroslav Chornohor, David Stulik, Ilya Ponomarenko, Daniel Szeligowski: Qu’est-ce qui en fait menace l’Ukraine? La guerre ou bien une toute autre maneuvre?

Russian peacekeepers

Qu’est-ce que l’augmentation des troupes russes au frontière ukrainienne? À quoi ressemblera la guerre si elle se produit? Que se cache-t-il derrière la crise frontalière polonaise et comment l’Occident se prépare-t-il à aider l’Ukraine? L’UE peut-elle soutenir l’Ukraine face à une escalade de la crise énergétique? Le magazine “Brussels Ukraїna Review” a posé ces questions très difficiles aux députés européens, aux politiciens d’Ukraine et de Biélorussie, ainsi qu’aux experts de pays occidentaux et ukrainiens.

andreas-umland Andreas Umland, analyste pour l’Institut suédois des relations internationales

Jusqu’à présent, il s’agit d’une forme de pression politique. Qu’il s’agisse d’une préparation sérieuse à la guerre, du début d’une petite escalade ou d’un moyen de simplement effrayer l’Ukraine et l’Occident, nous le découvrirons plus tard. Le Kremlin ne sait peut-être pas encore ce qu’il va faire, et il ne peut prendre des décisions qu’au fur et à mesure que les événements se déroulent.

L’Occident ne va clairement pas aider l’Ukraine directement, c’est-à-dire avec des troupes. Toutefois cela pourrait s’avérer inutile. L’Ukraine se prépare à ce scénario depuis plus de sept ans. Ainsi, la préparation est meilleure qu’en 2014. La situation est également plus claire qu’en 2014. On ne sait pas jusqu’où l’Occident ira en termes d’imposition de sanctions contre la Russie.

D’un point de vue rhétorique, l’Occident adopte désormais une position plus ferme vis-à-vis de la Russie. En termes de choix politiques, ils deviendront clairs quand cela se produira. En Occident, les précédentes sanctions semblent avoir été un succès partiel. Elles n’ont pas résolu la situation, mais ont retenu la Russie. Ainsi, s’il y a escalade, il peut y avoir de nouvelles sanctions sectorielles et individuelles. D’autre part, l’Occident discute également de nouvelles concessions sur la mise en œuvre par la partie ukrainienne des accords de Minsk conformément à leur interprétation russe.

Il y a un sentiment de solidarité en Occident envers l’Ukraine. Cependant, il existe différents groupes en Allemagne qui bénéficient du gazoduc “Nord Stream-2” et sont moins intéressés par les implications politiques. Cependant, les États-Unis peuvent encore arrêter le projet avec des sanctions.

Ярослав ЧорногорIaroslav Chornohor, membre du conseil d’administration de l’ONG (Organisation non gouvernementale) “Conseil de politique étrangère “Le prisme ukrainien”

L’augmentation du nombre de troupes russes est un signal aux pays de l’OTAN que la Fédération de Russie “fait monter les enchères”, en menaçant de déclencher une guerre à grande échelle sur le territoire de l’Ukraine. Ainsi, la Russie attire l’attention des principaux pays du monde, en particulier les États-Unis. Ceci est fait pour que la Fédération de Russie soit prise en compte dans la “grande” politique.

Non, personne n’est prêt pour ça. C’est pourquoi la Fédération de Russie utilise la menace de guerre comme moyen de pression sur l’Ukraine et ses partenaires.

Dans son discours, Boris Johnson a décrit les problèmes du système international et a appelé à les affronter. La Grande-Bretagne fait beaucoup pour renforcer la défense et la stabilité de l’Ukraine. Mais la question de savoir s’il y aura un soutien significatif d’autres pays européens est une grande question, car: premièrement, la Grande-Bretagne a quitté l’UE, et deuxièmement, l’UE elle-même a de nombreux problèmes graves de nature interne et externe.

L’UE n’a tiré aucune leçon, pour cette institution le thème principal est le niveau le plus bas possible d’intensité de conflit et de stabilité interne. Tous les efforts visent à cela, d’où les tentatives pour parvenir à un accord avec l’agresseur russe.

Le niveau de dépendance vis-à-vis des ressources énergétiques russes dans les différents pays européens est différent, par conséquent, la volonté de soutenir l’Ukraine et en même temps de s’opposer à la Fédération de Russie est différente. Il ne faut pas compter sur un front uni de soutien, car chaque pays défendra d’abord ses intérêts. La question de la défense de l’Ukraine est l’affaire des Ukrainiens eux-mêmes, il est nécessaire de s’en rendre compte et c’est à partir de ces positions que la défense doit être construite. Le soutien international ne peut être qu’un facteur de plus, même s’il est certainement important.

david stulikDavid Stulik, analyste principal au centre de valeurs européen pour la politique de sécurité (Prag)

Tous les efforts de déstabilisation arrivent soit de la Russie (accumulation de son armée à la frontière avec l’Ukraine, sécurité d’approvisionnement en gaz de l’Europe, implication dans les Balkans occidentaux, en Afrique centrale, etc.) soit de la Biélorussie (crise des migrants provoquée artificiellement), qui, sous le “président” autoproclamé Loukachenko, est devenue une marionnette entre les mains du Kremlin dans ses opérations contre l’Occident, et fait partie d’un jeu plus vaste – tester l’Occident par le Kremlin. Cependant, il convient de noter que l’Occident (ou la Pologne) sera distrait par la situation à la frontière avec la Biélorussie et sera moins préparé à d’autres actions et démarches agressives du duo Loukachenko/Poutine.

Personnellement, je ne pense pas que Poutine puisse déclencher une guerre à grande échelle en et contre l’Ukraine. Il devra faire face à une résistance farouche, ce qui entraînera des pertes importantes du côté de l’armée russe. Cela pourrait avoir des conséquences négatives pour lui en Russie. Au lieu de cela, il peut être déterminé à mener des opérations militaires courtes et rapides contre l’Ukraine qui pourraient lui donner des gains instantanés. On pourrait penser à l’introduction de troupes russes dans les parties occupées du Donbass, où ces troupes pourraient se trouver en tant que “casques bleus” (comme en Transnistrie). Bien sûr, Poutine aura besoin d’un prétexte pour cela, afin qu’il puisse faire quelques provocations dans ces territoires occupés et les utiliser comme prétexte formel pour intervenir.

Chaque fois que les médias russes, qui sont sous le contrôle strict et la surveillance étroite du Kremlin, lancent ces campagnes d’information, elles sont menées à des fins spécifiques. Vous pouvez être sûrs qu’il n’y a rien de “soudain” dans leur timing. Au contraire, ces informations sont le signal que le Kremlin a lancé une autre opération hybride contre ses “ennemis”: l’Occident et l’Ukraine.

Je ne peux pas non plus exclure la possibilité que Poutine, en organisant toutes ces mesures déstabilisatrices, ne fasse que revérifier les “lignes rouges” de la défense et de la réaction occidentale. Il peut aussi bluffer et faire monter les enchères avec l’Occident/Ukraine, et préparer de meilleures positions de négociation en utilisant des menaces hybrides et militaires.

illya ponomarenkoIlya Ponomarenko, journaliste ukrainien et correspondant de guerre

À mon avis, l’accumulation des troupes russes à la frontière ukrainienne montre l’intention des dirigeants russes d’utiliser à nouveau les tensions militaires et politiques dans la région comme levier de pression politique sur les pays européens, en particulier l’Allemagne et la France. Cela peut être dû à des problèmes de certification du “Nord Stream-2”.

Comme la crise d’avril 2021 l’a démontré, le chantage avec des manœuvres militaires très démonstratives près des frontières de l’Ukraine est un outil efficace. Dans le même temps, je pense que la Russie est économiquement, militairement et politiquement incapable d’accomplir des tâches telles qu’une invasion à grande échelle, la défaite de l’armée ukrainienne, la destruction des centres de résistance et l’imposition d’un accord de paix avec les dirigeants politiques de l’Ukraine. Le prix très élevé et les résultats douteux d’une telle opération rendent ce scénario peu probable.

Je ne pense qu’aucune des parties, y compris la Fédération de Russie elle-même, n’est prête à 100 % sur les plans politiques, économiques et militaires pour un tel scénario. L’UE ne peut pas prédire une guerre majeure à l’échelle du Vietnam, qui peut aboutir à des millions de réfugiés ukrainiens en provenance des villes attaquées. L’OTAN subit également des pertes politiques dévastatrices en raison de l’échec à contenir la Russie sur son flanc oriental. L’Ukraine n’a également, en raison de problèmes systémiques dans son secteur de la défense, pas 100 % de chances de contre-carrer une opération à grande échelle et à plusieurs niveaux. Mais le grand territoire, l’armée motivée et la capacité importante de la population à se mobiliser de manière autonome (comme l’a montré l’année 2014) rendent le coût de l’invasion et de l’occupation certainement trop élevé.

Quant aux propos de Boris Johnson, il me semble qu’il s’agit à la fois d’une déclaration et d’un appel en faveur d’une position appropriée de l’Europe occidentale – les élites britanniques ont historiquement très bien compris la nécessité d’une approche ferme pour retenir la Russie, et il existe une demande croissante de leadership politique dans le monde occidental. Les derniers mouvements politiques, orchestrés dans les médias, comme la volonté d’envoyer 600 soldats, indiquent la volonté de Londres de prendre au moins une position stricte et décisive, ce qui est déjà un sérieux facteur pour le Kremlin, qui ne respecte que le langage de la force.

En ce qui concerne les instruments d’influence, je pense que l’UE, malgré la faiblesse de sa volonté politique, dispose toujours d’un levier important – tout d’abord, la capacité de geler plusieurs milliards de dollars de l’élite russe, ainsi que d’autres lourdes sanctions économiques, qui constituent le moyen de dissuasion le plus efficace.

Une invasion à grande échelle et une tentative d’occupation de l’Ukraine avec une population de 40 millions d’habitants signifie en tous cas une opération à l’échelle de l’Irak en 2003, et, par conséquent, des pertes humaines et des dégâts matériels sans précédent. En cas d’invasion véritablement à grande échelle, je pense que de nouveaux défis, tels que la crise migratoire sans précédent aux frontières occidentales de l’UE, deviendront plus dangereux que la crise énergétique, de sorte que l’Europe est susceptible de faire beaucoup plus pour empêcher une invasion que pour rechercher une nouvelle réconciliation après la conquête de l’Ukraine.

daniel sheligovskiDaniel Szeligowski, responsable du programme Europe de l’Est a l’Institut polonais des affaires internationales

Le scénario principal est que la Russie monte les enchères et prépare le terrain pour des négociations avec les États-Unis sur l’avenir de la sécurité en Europe. Du point de vue russe, un nouvel accord devrait prévoir, d’une part, la soi-disant sphère des intérêts privilégiés de la Russie, dont l’Ukraine devrait faire partie et d’autre part la création d’une zone tampon en Europe centrale, où la Russie souhaiterait une présence militaire limitée de l’OTAN.

Il existe également un scénario d’une éventuelle intervention militaire en Ukraine – il y a une menace. Mais finalement cela dépendra de la réaction de l’Occident. S’il n’y a pas de réponse à la position de l’armée russe, le deuxième scénario est également possible.

L’UE n’est pas ici une référence. Pour la Russie, tout tourne autour de l’OTAN et des États-Unis. Cela dépend donc avant tout de la volonté des Américains de soutenir l’Ukraine et de réagir avec fermeté. Une discussion s’est engagée aux États-Unis entre ceux qui sont prêts à s’opposer à la Russie et ceux qui sont prêts à sacrifier l’Ukraine. L’issue de cette discussion n’est toujours pas claire. D’ordinaire, je dirais que les États-Unis ne soutiendront pas un accord avec la Russie au détriment de l’Ukraine, mais en accumulant ses troupes autour de l’Ukraine, le Kremlin permet à Washington de prendre plus facilement cette décision et de la justifier comme une décision “pour la paix”.

Quelles leçons l’Union européenne a-t-elle tirées de l’annexion de la Crimée et de l’occupation du Donbass? Existe-t-il de nouveaux outils vers lesquels l’UE peut se tourner en cas de récurrence de la situation ou en cas de nouvelle invasion du territoire ukrainien ou de violation de son intégrité territoriale et de sa souveraineté?

Le levier de l’influence de l’UE sur la Russie se situe dans la sphère économique : sanctions et politique énergétique et commerciale. La politique étrangère et de sécurité reste entre les mains des États membres, malgré leur coordination. Il n’y aura pas de réponse militaire commune de l’UE, cela dépend de l’OTAN. Nous avons appris que la Russie n’hésite pas à recourir à la force militaire si le prix à payer est relativement modeste et que l’Occident n’est pas prêt à agir de manière décisive. De plus, nous ne devons pas nous fier à la bonne foi de la Russie. Mais je ne pense pas que tout le monde dans l’UE le comprenne encore.

Sur quel type de soutien l’Ukraine peut-elle compter de la part de ses partenaires occidentaux face à l’agression russe dans le contexte de la crise énergétique croissante? L’Europe elle-même est-elle prête à une crise énergétique en cas de détérioration ou d’escalade des relations avec la Russie?

La question clé est de savoir si le gaz transitera toujours par l’Ukraine. À cet égard, des négociations devraient avoir lieu entre l’UE, la Russie et l’Ukraine. Bien sûr, ce serait beaucoup plus facile s’il n’y avait pas d’alternative – par exemple, le “Nord Stream-2”. Le gaz transitant par l’Ukraine pourrait bientôt être acheminé via le “Nord Stream-2”, et l’infrastructure gazière de l’Ukraine pourrait devenir largement redondante. Le “Nord Stream-2” donne à la Russie un poids énorme sur l’Allemagne et l’UE dans son ensemble. En fait, le “Nord Stream-2” prouve aussi que les Allemands avaient raison et que le changement aurait bien pu se produire grâce au commerce. Cependant, cela fonctionne différemment de ce qu’ils pensaient, car cela permet l’introduction de normes autocratiques et de corruption dans une démocratie. Poutine utilisera le “Nord Stream-2” pour compliquer la réponse décisive de l’UE à son aventurisme.

La crise à la frontière polonaise – Poutine essaie-t-il de détourner l’attention de l’Europe

Les tactiques de guerre hybride de Poutine sont bien connues. Forcer Loukachenko à conduire des milliers de migrants à franchir la frontière polonaise détourne l’attention d’un allié ukrainien clé à la veille de l’invasion. La Pologne, bien sûr, se concentrera davantage sur la menace de sa frontière que sur l’accumulation des troupes russes.

La question est de savoir qui est derrière la crise – Loukachenko ou Poutine. Je n’irais pas jusqu’à dire que Poutine a organisé toute cette crise depuis le début. Je suppose que c’est la vengeance de Loukachenko – punir la Pologne et la Lituanie pour avoir soutenu l’opposition biélorusse et les sanctions de l’UE contre la Biélorussie plus tôt cette année. De plus, Loukachenko a créé cette crise pour proposer une solution et serait prêt à prendre du recul s’il était récompensé par la levée des sanctions. Mais l’UE n’est pas encore prête pour une telle décision. Même en supposant que Poutine soit derrière tout cela, je pense que nous pouvons également considérer que cette crise détourne l’attention des actions de la Russie aux frontières ukrainiennes.

À quoi ressemblera la guerre si elle se produit ? Dans quelle mesure la menace d’une guerre à grande échelle est-elle réelle cet hiver? L’Ukraine / l’Europe est-elle prête? Il existe des précédents dans l’histoire où la Russie a envahi des pays étrangers le jour de Noël: l’Afghanistan le 24 décembre 1979 et le Cambodge le 25 décembre 1978. Est-ce possible aujourd’hui avec l’Ukraine?

La menace d’une solution militaire est la plus élevée depuis 2015. Il y a plusieurs arguments à cela. D’une part, la pandémie de COVID-19 oblige l’Occident à se concentrer sur l’intérieur, la crise polono-biélorusse absorbe l’attention de l’OTAN et le retrait américain d’Afghanistan fait croire à la Russie que la puissance américaine est en déclin. D’un autre côté, la Russie a accumulé les plus grandes réserves internationales de son histoire, donc si Poutine doit risquer des coûts supplémentaires, c’est le moment. Tout cela pris ensemble signifie que du point de vue russe, une “fenêtre d’opportunité” s’est ouverte pour faire un pas en avant. Et pourtant, je ne pense pas que ce sera une guerre à grande échelle, très probablement une escalade dans le Donbass ou une petite attaque pour voir quelle sera la réaction de l’Occident. Mais encore une fois, s’il n’y a pas de réponse, la Russie peut aller plus loin.

La préparation du champ de bataille de l’information. Les médias russes et la machine de propagande préparent déjà le sujet de l’invasion. L’intensification des déclarations des dirigeants russes indique-t-elle que la Russie prépare une “justification” pour l’invasion ?

La guerre de l’information peut faire partie des tentatives russes d’intimider l’Occident – pour donner l’impression que cette fois, la Russie a vraiment de sérieuses intentions. C’est une sorte d’invitation pour les États-Unis à se mettre à table avec la Russie. Mais si les Russes envisagent sérieusement une opération militaire, ils ont besoin d’un prétexte – pas nécessairement pour eux-mêmes, mais pour ceux en Occident qui recherchent constamment un argument pour fermer les yeux sur ce que fait la Russie. Donc, tout cela pour retenir ceux qui justifient l’agression russe et prétendent que la Russie a été forcée ou provoquée à le faire.

 

Related posts
CommentairesOriginalRevue Brussels UkraïnaSociété

Alexandre Milinkévitch, Roman Lozynsky: Qu'est-ce qui en fait menace l'Ukraine? La guerre ou bien une toute autre maneuvre?

CommentairesOriginalRevue Brussels UkraïnaSociété

Rasa Juknevičienė: Qu'est-ce qui en fait menace l'Ukraine? La guerre ou bien une toute autre maneuvre?

CommentairesOriginalRevue Brussels UkraïnaSociété

Robert Biedroń, Viola von Cramon-Taubadel: Qu'est-ce qui en fait menace l'Ukraine? La guerre ou bien une toute autre maneuvre?

CommentairesOriginalRevue Brussels UkraïnaSociété

Witold Waszczykowski: Qu'est-ce qui en fait menace l'Ukraine? La guerre ou bien une toute autre maneuvre?