Cibersécurité

La Russie et les accords internationaux

Les dirigeants politiques de la Fédération de Russie moderne ont déjà prouvé à plusieurs reprises dans la pratique que le respect des accords internationaux est pour eux une expression vide de sens si des aspirations agressives impériales sont en jeu.

Alors que tous les pays civilisés hautement développés reconnaissent la priorité du droit international sur le droit national, la Russie, sans un pincement de conscience, viole les traités bilatéraux et multilatéraux. Mais est-ce étonnant? En effet, une telle tradition ne s’est pas développée hier ou avant-hier, mais dans des temps beaucoup plus lointains. Par exemple, l’Union soviétique (dont le successeur est la Fédération de Russie) a également été caractérisée par un comportement perfide sur la scène internationale.

Passons à la période des années 30. A cette époque, l’URSS avait, pour le moins, des relations assez tendues avec la Pologne. Afin de les normaliser après de longues négociations le 25 juillet 1932, les parties ont signé un accord de non-agression. Selon ses conditions, la Pologne et l’URSS se reconnaissent mutuellement la souveraineté, les frontières mutuelles et l’intégrité territoriale. Au départ, cet accord était conçu pour trois ans, mais il a ensuite été prolongé jusqu’au 31 décembre 1945.

Cependant, l’Union soviétique a brutalement violé ce traité en signant le protocole secret au pacte Molotov-Ribbentrop, qui, entre autres, prévoyait la division de la Pologne en sphères d’influence et garantissait la neutralité de l’URSS dans la guerre allemande contre la Pologne. Après cela, l’Allemagne nazie a attaqué la Pologne, déclenchant la Seconde Guerre mondiale. Le 17 septembre 1939, alors que les forces armées polonaises saignaient dans une lutte inégale contre l’agresseur, l’URSS attaqua également son voisin, appelant hypocritement cette opération «campagne de libération». À 3 heures du matin, l’ambassadeur de Pologne à Moscou, Vaclav Grybowski, a reçu la note soviétique qui disait: «La guerre germano-polonaise a révélé l’échec interne de l’État polonais … Le gouvernement polonais a éclaté et ne montre aucun signe de vie. Cela signifie que l’État polonais et son gouvernement ont pratiquement cessé d’exister. Ainsi, les traités conclus entre l’URSS et la Pologne ont pris fin ».

Le contenu de cette note était un mensonge délibéré. A cette époque l’Etat polonais a continué d’exister et de mener une guerre défensive contre l’Allemagne. Le gouvernement polonais était toujours sur le territoire de son pays, le laissant seulement un jour plus tard – dans la nuit du 18 septembre. Cependant, pour Moscou, ces faits ne signifiaient absolument rien. Alors, en utilisant ses troupes l’URSS a annexé plus de 50% du territoire de la Pologne d’avant-guerre.

Les diplomates polonais à Moscou n’ont pu s’échapper et partir à l’étranger que grâce à l’intercession, curieusement, des ambassadeurs de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste. D’autres ont eu moins de chance. Par exemple, le consul général de Pologne à Kyiv, Jerzy Matusinsky, malgré l’immunité diplomatique, a été arrêté par le NKVD, emmené à Moscou et fusillé au bout d’un peu de temps dans les sous-sols de la Loubianka.

Un autre exemple. Presque au même moment où le traité de non-agression soviéto-polonais a été signé le 21 janvier 1932, le gouvernement de l’URSS a conclu un accord similaire avec la Finlande. De la même manière ce document est resté valable jusqu’à la fin de 1945. Cependant, au tout début de la Seconde guerre mondiale, les dirigeants soviétiques ont décidé d’envahir la Finlande, en utilisant «l’opération sous le faux drapeau» comme prétexte pour la guerre.

Le 26 novembre 1939, les unités soviétiques ont tiré sur leurs propres troupes près du village frontalier de Mainil. Trois soldats et un sous-officier ont été tués, sept autres soldats et deux membres du personnel de commandement ont été blessés. Immédiatement après cela, l’URSS a accusé la partie finlandaise de provocation délibérée – le bombardement des troupes soviétiques. En réponse, les Finlandais ont présenté des éléments de preuve selon lesquels ils n’avaient pas d’artillerie à la frontière et ont également proposé d’entamer des négociations sur le retrait mutuel des troupes de la frontière. L’Union soviétique rejeta cette proposition et attaqua perfidement la Finlande le 30 novembre 1939. De plus, pour camoufler son agression, les dirigeants soviétiques ont créé la marionnette «République démocratique de Finlande», qui désormais représenterait «les intérêts du peuple finlandais». Le gouvernement légitime de la Finlande a été déclaré avoir fui le pays, bien qu’il ait continué à travailler à Helsinki.

C’est ainsi qu’a commencé la «guerre d’hiver», à la suite de laquelle, au prix de pertes énormes et injustifiées, l’URSS a occupé une partie importante du territoire finlandais. Ainsi, il a poussé la Finlande à une alliance avec l’Allemagne et fait de celle-ci un dangereux ennemi qui rêve de rétablir la justice. Une autre conséquence de l’agression a été l’expulsion de l’URSS de la Ligue des Nations par la décision de 28 des 40 États membres de l’organisation.

La Fédération de Russie agit de manière similaire après l’effondrement de l’URSS, dont elle prétend être le successeur. Par exemple, pendant le conflit entre la Géorgie et l’Ossétie du Sud, Moscou a soutenu la république séparatiste autoproclamée d’Ossétie du Sud, essayant d’affaiblir la Géorgie et d’accroître sa propre influence dans la Transcaucasie. Le 24 juin 1992, le président de la Fédération de Russie Boris Eltsine et le président du Conseil d’État de Géorgie Eduard Shevardnadze ont signé l’accord de Sotchi. La Russie s’est engagée à retirer de l’Ossétie du Sud les régiments de géni et d’hélicoptères stationnés là-bas.

Au cours des 16 années suivantes, les autorités russes ont fomenté les sentiments séparatistes dans la région, accordé la citoyenneté russe aux Ossètes du Sud, ce qui constituait une violation directe de la souveraineté géorgienne. En août 2008, l’accord de Sotchi a finalement été enterré – les troupes russes ont envahi le territoire géorgien. Après cela, Moscou a reconnu l’indépendance de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie, mais depuis lors, seuls quatre États membres de l’ONU ont fait la même chose : le Nicaragua, le Venezuela, Nauru et la Syrie. La grande majorité des membres de l’ONU considèrent l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie comme faisant partie intégrante de la Géorgie. La guerre de 2008 a conduit Tbilissi à rompre ses relations diplomatiques avec Moscou et à se retirer de la Communauté des États indépendants.

La Russie a joué un rôle similaire dans la guerre géorgienne-abkhaze de 1992-1993, ayant obtenu le retrait par la partie géorgienne d’armes lourdes de Soukhoumi, puis en soutenant de toutes les manières possibles l’offensive des séparatistes abkhazes avec du matériel militaire et d’autres équipements, qui a abouti à la saisie d’une partie de l’État souverain de Géorgie – la région Abkhaze.

Dans le même esprit, les dirigeants russes se sont comportés avec la Moldova. La Fédération de Russie a fermement soutenu la formation par les séparatistes transnistriens des «autorités» indépendantes de la Moldova, y compris les structures de police et de sécurité de l’État, ainsi que financières et fiscales. Agissant clairement sur les instructions du Kremlin, le commandement de la 14ème armée a fourni des armes et des uniformes aux séparatistes et a pris une part active à la guerre de Transnistrie aux côtés du régime des bandits de Tiraspol. Et puis, jusqu’à ce jour, la Fédération de Russie soutient constamment les séparatistes transnistriens et fait pression sur les autorités légitimes de la Moldova, essayant de les forcer à reconnaître les séparatistes comme une « partie égale » dans les négociations et à accepter l’existence d’un « État transnistrien indépendant ». De plus, contrairement aux exigences des organisations internationales, dont l’ONU, la Russie maintient un contingent de ses troupes sur le territoire de la Moldova.

Les dirigeants de la Fédération de Russie ont fait de même par rapport à l’Ukraine. L’année 2014 a marqué un tournant dans l’histoire des relations russo-ukrainiennes. L’annexion illégale de la Crimée, l’invasion des troupes russes dans le Donbass, la création et le soutien des soi-disant « République populaire de Donetsk » et «  République populaire de Lougansk » ont rayé d’un seul coup 407 traités bilatéraux et 80 traités internationaux régissant les relations russo-ukrainiennes. Listons les plus importants d’entre eux:

1) l’Accord d’Helsinki du 1er août 1975, prévoyant les principes d’inviolabilité des frontières, d’intégrité territoriale des États, de non-ingérence dans les affaires intérieures des États étrangers;

2) le Mémorandum de Budapest du 5 décembre 1994, selon lequel la Fédération de Russie reconnaissait la souveraineté et les frontières existantes de l’Ukraine, s’engageait à s’abstenir de la menace de la force ou de son utilisation contre l’Ukraine;

3) l’Accord entre la Fédération de Russie et l’Ukraine sur les conditions de division de la flotte de la mer Noire du 28 mai 1997;

4) le Traité d’amitié, de coopération et de partenariat entre la Fédération de Russie et l’Ukraine du 31 mai 1997, reconnaissant l’inviolabilité des frontières existantes, le respect de l’intégrité territoriale et contenant une obligation mutuelle de ne pas utiliser son territoire au détriment de la sécurité de l’autre;

5) l’Accord entre la Fédération de Russie et l’Ukraine sur la frontière russo-ukrainienne du 28 janvier 2003;

6) l’Accord entre la Fédération de Russie et l’Ukraine sur la coopération dans l’utilisation de la mer d’Azov et du détroit de Kertch du 24 décembre 2003, selon lequel les deux pays ont la liberté de navigation sur toute la mer d’Azov, et le détroit de Kertch fait partie de leurs eaux intérieures;

7) l’Accord de Kharkiv du 21 avril 2010 sur la prolongation du séjour de la flotte de la mer Noire de la Fédération de Russie en Crimée jusqu’en 2042.

Le 27 mars 2014, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution sur l’intégrité territoriale de l’Ukraine. La décision appropriée a été appuyée par 100 États membres de l’ONU. Ce n’est que 10 pays qui ont soutenu les actions agressives de la Russie.

Malgré cela, les dirigeants politiques de la Fédération de Russie continuent de démontrer qu’à l’avenir ils ne rempliront pas non plus leurs obligations internationales. Par exemple, en janvier 2020, Vladimir Poutine a annoncé des amendements à la Loi fondamentale de la Russie, selon lesquels la Constitution prévaudra sur le droit international. Et cela malgré le fait que la Fédération de Russie fait partie de la Convention de Vienne sur le droit des traités internationaux, selon laquelle aucune norme de droit interne ne peut justifier une violation des traités internationaux.

Eh bien, si ces amendements sont adoptés, la Russie confirmera officiellement au monde entier que tout accord avec elle ne vaut même pas le papier sur lequel il est écrit.

Source: www.ava.md/2020/05/02/rossiya-i-mezhdunarodnye-dogovorennosti/