Revue Brussels UkraïnaSociété

Proactivité et changement de mentalité pour l’Ukraine

Armed Forces of Ukraine

La Russie doit faire face à de réelles conséquences si elle dirige ses forces contre l’Ukraine

La concentration de l’armée russe à la frontière est une cause très sérieuse de profonde préoccupation pour la communauté internationale et l’OTAN. Il s’agit de la deuxième concentration importante et inhabituelle de troupes russes dans la région au cours de la dernière année. Nous voyons des chars russes, des unités d’artillerie, des drones et des systèmes d’armes électroniques, ainsi que des unités prêtes au combat. La concentration actuelle des troupes russes est similaire à ce qui s’est passé en avril, lorsque la Russie a concentré environ 100 000 soldats à la frontière avec l’Ukraine.

L’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN et n’est pas couverte par des accords de défense collective, mais l’Alliance doit envoyer un signal clair à la Russie montrant que l’OTAN est là pour protéger et défendre tous les Alliés. Il y a aussi des messages assez forts que l’Ukraine elle-même peut envoyer à la Russie.

En février 2014, la Russie a occupé la péninsule ukrainienne de Crimée. Depuis avril 2014, des militants, des saboteurs et des soldats des unités régulières russes soutenus par Moscou occupent de vastes zones dans les régions de Lougansk et de Donetsk, se trouvant dans l’est de l’Ukraine. Plus de 13 000 personnes ont été tuées dans ce conflit dans l’est de l’Ukraine et près de trois millions ont fui ce territoire.

Pour punir la Russie de l’annexion de la Crimée et de la déstabilisation de l’est de l’Ukraine, l’UE, les États-Unis et d’autres pays occidentaux ont imposé des sanctions contre de nombreux responsables russes, des personnes proches du Kremlin et des secteurs comme la finance, la défense, l’énergie et autres de la Russie.

Dès les premiers mois du conflit, lorsque l’invasion russe de la péninsule de Crimée s’est étendue à l’Ukraine continentale, la communauté internationale était suffisamment consciente du rôle du Kremlin et a imposé des sanctions à Moscou. Pendant ce temps, la Cour pénale internationale de La Haye a reconnu en 2016 l’implication de la Russie dans les hostilités dans l’est de l’Ukraine, à la suite de quoi la Russie s’est retirée de la Cour pénale internationale. Comme l’a noté D. Peskov, même un simple dialogue entre des responsables russes et ukrainiens est problématique si les positions des deux parties concernant la nature du conflit sont si différentes. Il semble que Poutine ne soit pas du tout intéressé à trouver un compromis et à résoudre le problème avec l’Ukraine, mais cherche de tout cœur à le maîtriser. Ceci est clairement confirmé par les commentaires de Poutine lui-même et d’autres hauts responsables russes.

Comment se protéger de quelqu’un qui refuse de reconnaître le monde ?

De nombreux commentateurs et analystes disent qu’avec l’escalade actuelle du conflit, Poutine veut offrir toutes les options possibles dans ses jeux de confrontation avec l’Occident. Ces options, entre autres, devraient inclure une grande guerre conventionnelle en Europe.

Quelles sont les options pour l’Ukraine et l’Europe elle-même ? Les réponses possibles incluent: “ne rien faire”, en respectant les “droits de la Russie” dans son “voisinage”; démontrer de “graves conséquences” pour la Russie en durcissant les sanctions contre Moscou, et plus récemment, utiliser la force de réaction rapide de l’OTAN si la Russie lance une invasion militaire contre l’Ukraine.

Toutes ces opportunités signifient fondamentalement rester assis et ne rien faire ou attendre calmement le nouveau comportement de la Russie. N’est-ce pas trop luxueux quand le statut d’État de l’Ukraine, la sécurité régionale et la paix en Europe sont en jeu?

Nous ne parlerons pas maintenant d’un nouveau plan d’action révolutionnaire, mais présenterons des opportunités théoriques qui, au moins conceptuellement et stratégiquement, permettront à l’Ukraine de suivre les “options” pour la Russie.

Soyons honnêtes sur le fait que le dirigeant russe peut considérer les États-Unis comme l’acteur le plus fiable avec des capacités de combat sérieuses en Europe, mais il doit également y avoir une grande tentation de défier cette autorité sur les motifs actuels, surtout compte tenu des succès relatifs dans le conflit avec la Géorgie (2008) et tout ce qui “se passe” en Ukraine depuis 2014. Toutes les étapes nécessitant une réaction “inévitable” et des conséquences “dévastatrices” pour la Russie de la part des autorités européennes et transatlantiques sont en fait déjà brillamment contournées par la Russie, qui ne reçoit en retour que des “cacahuètes” qui sont jetées au visage de Poutine avec quelques sanctions économiques et “des discussions dures”. Des principaux dirigeants occidentaux, dans le même temps poursuivent d’importants accords gaziers et autres contrats pour l’Europe occidentale. Cela incite Poutine à penser que dans la vraie vie, il n’y aura aucune conséquence, aucune résistance réelle et violente, aucune action concrète qui arrêtera l’agression.

Bien que les forces européennes et de l’OTAN soient beaucoup plus fortes et plus capables que l’armée russe, la faiblesse des communautés européennes et américaines, qui se manifeste par des divergences politiques, un commandement et un contrôle faiblement centralisés et plutôt fragmentés, et des intérêts économiques dépassant les valeurs idéologiques, ne sont que quelques exemples qui permettent à Poutine de poursuivre la deuxième ou la troisième étape de sa politique agressive en Europe de l’Est, et il serait vraiment difficile de dire quand et où les appétits commenceront à s’estomper. Une grande guerre en Ukraine serait quelque chose qui intéresserait énormément les généraux de l’armée russe afin d’augmenter leur expérience de combat, et l’armée ukrainienne est un adversaire tout à fait égal, compte tenu des opérations dans l’est de l’Ukraine.

Demandons-nous, est-il possible de donner à la Russie quelque chose, comme une idée qui lui ferait repenser sérieusement ou abandonner complètement la menace d’une invasion militaire de l’Ukraine?

L’une de ces options proactives est de montrer la capacité de la nation à tout faire pour défendre son pays. Elle doit faire preuve d’une volonté, d’une cohésion et d’une capacité évidentes à agir non seulement sur le mode de réaction, mais aussi à être plus proactive dans la réflexion et l’action qu’on n’attend pas d’elle. À cet égard, l’un des meilleurs exemples de l’histoire récente est l’État d’Israël, dont l’héroïsme et le leadership de la nation lors de la guerre des Six Jours de 1967 ont jeté des bases solides pour l’État israélien. Dans les relations internationales, une frappe préventive est une action militaire entreprise par un pays en réponse à une menace d’un autre pays afin d’empêcher le pays menaçant de réaliser sa menace. Avant l’attaque militaire d’Israël, l’Égypte a déclaré une politique d’hostilité envers Israël; a amené ses forces armées à une préparation au combat maximale; a expulsé les forces d’urgence de l’ONU de la zone frontalière du Sinaï; a renforcé ses troupes à la frontière avec Israël; a annoncé la fermeture du détroit de Tirana aux navires israéliens et a conclu des accords de soutien mutuel avec l’Irak, la Jordanie et la Syrie.

Théoriquement et en pratique, on peut observer de nombreux parallèles possibles avec le conflit russe et ukrainien.

Dans le cas de l’Ukraine, le concept de “guerre préventive” et son contenu n’est pas tant un plan d’action urgent, mais un redémarrage de la vision du monde.

Quelque chose à dire, sinon à faire, en termes d’opération militaire et ce qu’il faut vraiment faire pour renforcer la capacité de résistance de l’Ukraine.

La situation actuelle avec la pression russe sur l’Ukraine m’a rappelé une conversation il y a quelques années à Washington DC, lorsque j’ai discuté avec un représentant de la communauté des groupes de réflexion sur les options pour les États baltes et la Lettonie en cas d’une croissance militaire russe et d’une menace imminente pour notre sécurité nationale, étant donné que toutes les troupes sont stationnées à Pskov – dans le district militaire occidental de la Russie. “Pourquoi ne pas lancer une frappe préventive sur les unités de Pskov, si vous voyez qu’elles sont sur le point d’attaquer?” – m’a-t-on demandé. J’ai juste souri à ça. C’est, pour ainsi dire, une approche très extrême, surtout compte tenu de la taille de l’armée lettone, ou de toutes les armées baltes réunies. Par exemple, du point de vue d’une opération militaire en ce moment, cela semble “un peu irréaliste”, mais il y a quelque chose de convaincant dans l’ensemble du concept et de la façon de penser, si vous osez envisager une telle stratégie.

Cela vous oblige à penser différemment, et d’une manière ou d’une autre, vous vous retrouvez en dehors du “piège” tendu par l’ennemi lorsque vous commencez à agir de manière proactive. Tout comme le petit et jeune État d’Israël en 1967, lorsqu’il a mis en œuvre l’idée plutôt “absurde” d’une opération militaire contre l’Égypte, réalisant la menace imminente pour la sécurité nationale d’Israël en raison des preuves disponibles, et a porté le premier coup à un ennemi beaucoup plus fort et à tous ses alliés. Cela ne signifiait pas qu’ils réussiraient nécessairement, mais c’était un signal clair au monde que cette nation allait tout faire pour survivre.

Pour l’Ukraine moderne et dans la situation actuelle à laquelle elle est confrontée, le concept de “prévention” doit être considéré plus largement. La stratégie militaire, la planification et les opérations, le commandement et le contrôle, le leadership politique et la résilience sociale de l’Ukraine doivent “devancer” tout ce que les stratèges russes considéreront comme des maillons faibles de la chaîne. L’Europe et les États-Unis sont prêts à aider pour mener à bien cette mission avec des conseils et les moyens nécessaires. S’il s’agit d’une opération militaire, la Russie doit considérer la guerre sur son territoire comme une option réelle si elle commence une invasion militaire conventionnelle à grande échelle contre l’Ukraine.

Olevs Nikers, Président du Fonds de sécurité balte

Related posts
OriginalRevue Brussels UkraïnaSociété

ActualitésSociété

Promote Ukraine ONG et ses partenaires lancent un appel aux eurodéputés concernant l'extorsion de la Russie

CommentairesOriginalRevue Brussels UkraïnaSociété

Andreas Umland, Iaroslav Chornohor, David Stulik, Ilya Ponomarenko, Daniel Szeligowski: Qu'est-ce qui en fait menace l'Ukraine? La guerre ou bien une toute autre maneuvre?

CommentairesOriginalRevue Brussels UkraïnaSociété

Alexandre Milinkévitch, Roman Lozynsky: Qu'est-ce qui en fait menace l'Ukraine? La guerre ou bien une toute autre maneuvre?